L’intégration des paramédicaux dans la grille indiciaire « A-type » se précise

Publié le 22/06/21 par Thomas Quéguiner

Article Hospimedia 

 

Cadres de santé, infirmiers généraux et spécialisés, Iade, auxiliaires médicaux en pratique avancée, personnels de rééducation et manipulateurs en électroradiologie. À travers sept projets de décret, la DGOS expose à tous ces paramédicaux en catégorie A leur nouvelle structure de carrière et, ce qui en découle, leur nouvel échelonnement indiciaire.

 

Pour le ministère des Solidarités et de la Santé, l’intégration des paramédicaux de catégorie A dans la grille « A-type » respecte les bornages judiciaires tout en l’adaptant pour que quatre grades puissent y prendre place. (Pascal Bachelet / BSIP)

Le 1er juillet à l’occasion du prochain Conseil supérieur de la fonction publique hospitalière, la DGOS présentera aux partenaires sociaux un projet de décret statutaire modifiant plusieurs décrets portant statuts particuliers de corps paramédicaux de la catégorie A. Ce texte, dont Hospimedia a obtenu copie et qui s’accompagne de six autres projets de décret d’échelonnement indiciaire (à télécharger ci-dessous), font en réalité écho au Ségur de la santé, qui prévoit d’intégrer les corps paramédicaux de catégorie A que sont les personnels titulaires soignants, médico-techniques et de rééducation dans la grille indiciaire dite « A-type ». En l’occurrence, cela vise directement les infirmiers en soins généraux et spécialisés, les infirmiers anesthésistes (Iade), les manipulateurs en électroradiologie médicale, les cadres de santé paramédicaux, les auxiliaires médicaux exerçant en pratique avancée, les masseurs-kinésithérapeutes, les pédicures-podologues, les ergothérapeutes, les psychomotriciens, les orthophonistes et les orthoptistes (lire ici et  nos articles).

Une déroulement de carrière sur 2 grades

Pour chacun des corps concernés, le projet de décret statutaire modifie le nombre et la durée des échelons des grades et fixe les nouvelles modalités d’avancement et de classement à la suite d’un avancement. S’ajoutent à cela les modalités de reclassement dans les nouvelles structures de carrière, ainsi que les dispositions transitoires applicables aux agents promouvables au moment de l’entrée en vigueur du texte. Pour le ministère des Solidarités et de la Santé, « la grille « A-type » est respectée dans ses bornages indiciaires et a été adaptée pour que quatre grades y prennent place. La revalorisation de chaque corps concerné est établie sur un déroulement de carrière sur deux grades, soit 35 ans en moyenne. » Quant au positionnement des corps sur les différents grades (de G1 à G4, lire l’encadré), il « correspond au niveau de diplôme initial requis, permettant l’accès au corps, ou au niveau de responsabilités (encadrement)« .

La répartition des quatre grades :

  • grades G1 et G2 : infirmiers en soins généraux, manipulateurs d’électroradiologie médicale, ergothérapeutes, orthoptistes, psychomotriciens et pédicures-podologues ;
  • grades G2 et G3 : infirmiers de bloc opératoire (Ibode), puériculteurs, infirmiers anesthésistes (Iade), auxiliaires médicaux exerçant en pratique avancée, masseur-kinésithérapeutes et orthophonistes ;
  • grades G3 et G4 : cadres de santé paramédicaux.
En parallèle, les six projets de décret d’échelonnement indiciaire transposent ces nouvelles structures de carrière en fixant les nouvelles grilles indiciaires applicables.

Liens et documents associés

Tous droits réservés 2001/2021 — HOSPIMEDIA

Contactez-nous 03 20 16 38 68 Envoyer un email Découvrir nos solutions
Simplifiez la gestion de vos remplacements Découvrez Teamsquare