Petite Enfance : vers l’ouverture de la pratique avancée pour les IPDE ?

Le Ministre de la Santé et de la Prévention, François Braun, a annoncé début octobre le souhait « d’ouvrir plus largement le champ de compétences des Infirmiers de Pratique Avancée vers la prise en charge de la petite enfance ». Un signal fort pour les représentants de la profession.

Une démarche saluée par les représentants des IPDE

Les représentants des IPDE (Infirmier·e·s Puériculteur·trice·s Diplômé·e·s d’Etat) – CIP, ANPDE, CJSIP, SNPDE et SoRIP* – ont salué la démarche dans un communiqué de presse commun. Selon eux, cette ouverture «  permettrait de répondre à 3 problématiques majeures » du système de santé : « attractivité, prévention et déserts médicaux ». Ils soulignent l’urgence « de former davantage de professionnels et de revaloriser les professions de santé spécialisées auprès de l’enfant » et se disent «  d’ores et déjà en capacité de présenter des propositions quant à la formation ».

Une évolution qui a du sens

Les infirmiers en pratique avancée (IPA) complètent leur formation par un master, leur permettant ainsi d’étendre leurs missions. Ils peuvent, par exemple, procéder à des actes de prévention et de prescription d’examen complémentaires.

Cette évolution permettrait aux infirmiers puériculteurs de prévenir les troubles chez l’enfant, évitant des prises en charge plus coûteuse par la suite, mais également de lutter contre les déserts médicaux. Les IPDE pourraient en effet « intervenir en premier recours sur l’ensemble du territoire, concourir à l’évaluation de la santé de l’enfant et au dépistage des troubles du développement et de pathologies, permettant un repérage et une orientation précoces de l’enfant vers un médecin / spécialiste qui mettra en œuvre une prise en soins adaptée. »

Les représentants appellent à sortir du vocabulaire « Petite Enfance »

Les représentants des IPDE soulèvent toutefois la problématique du vocabulaire utilisé. Selon eux, le terme « Petite Enfance » limite la réalité des IPDE à la prise en charge des enfants en bas âge : « Pour garantir une prise en charge holistique, il est important de considérer l’enfant tout au long de son parcours de vie jusqu’à sa majorité. »

Pour aller plus loin :

Communiqué de presse : Vers une pratique avancée des infirmières puéricultrices ?
« Les infirmiers puériculteurs sont prêts à amener la spécialité vers la pratique avancée » – Hospimedia

* l’Association nationale des puéricultrices et des étudiants (ANPDE), le Collège des infirmiers puériculteurs (CIP), le Syndicat national des puéricultrices (SNPDE), la Société de recherche des infirmières puéricultrices (Sorip) et le collectif Je suis infirmière puéricultrice (CJSIP) 

Ces articles peuvent également vous intéresser