Témoignage : Jean-François alias @etudiant_ipa

Depuis 2018, les IDE peuvent devenir IPA (infirmier.e de pratique avancée). Quelle est la formation à suivre ? Quelles sont les conditions à remplir ?
Les futurs diplômés se déploieront sur le terrain cette année. L’occasion de revenir sur ce nouveau diplôme avec Jean-François, étudiant en Master 1.

Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Jean François et je suis infirmier depuis 2007. J’ai toujours travaillé en psychiatrie, tout d’abord dans un établissement hospitalier du Tarn dans un service d’hospitalisation sous contrainte puis dans un service de réadaptation psycho-sociale. Par la suite je me suis orienté vers un service d’urgence qui dépendait d’un autre centre hospitalier à Castres, dans lequel j’orientais les patients qui arrivaient aux urgences sur un motif d’entrée psychiatrique. En 2016, avant de débuter ma formation d’IPA, je travaillais dans un centre médico-psychologique.

En quoi consiste la formation d’IPA ?

Pour ma part je suis en fin de première année à l’université de Toulouse, j’entre l’année prochaine en Master 2, mention psychiatrie et santé mentale, dans la continuité de mon parcours professionnel. La formation est construite sur un modèle universitaire et fait suite à une licence infirmière. Il y a la possibilité d’entrer en formation continue mais la majorité de ma promotion y est entrée en ayant déjà bénéficié d’une expérience professionnelle assez conséquente. La formation est construite sur un modèle d’unités d’enseignement (ECTS). Au cours de la première année nous validons différentes UE : clinique, recherche, qualités, améliorations des pratiques professionnelles, anglais, méthode de travail et sciences infirmières, formation et éthique législation déontologie.

Comment vous êtes-vous lancé dans cette formation ?

Tout d’abord, je n’ai que 34 ans donc un long parcours professionnel devant moi. J’y ai vu l’opportunité d’enrichir mes pratiques et de développer mes compétences. À l’origine c’est un projet poussé par mon établissement puisqu’il s’agissait de la volonté de la direction des soins, de développer les infirmiers en pratique avancée en son sein. Donc c’est dans ce cadre que je me suis orienté vers la fac de Toulouse pour réaliser ce Master.

Quelles sont les conditions à remplir pour devenir IPA ?

Les conditions d’entrée en formation c’est en premier lieu d’être titulaire du diplôme d’État infirmier. En revanche pour exercer il faut respecter deux conditions : l’enregistrement auprès de l’ordre national infirmier et avoir une expérience professionnelle de trois années.
Pour les étudiants qui opteraient dès le cursus initial sur cette formation il faudra à l’issue des 5 ans, réaliser 3 années de travail infirmier avant de pouvoir pratiquer comme IPA.

Qu’est ce que peut faire un.e infirmier.ee de pratique avancée de plus qu’un.e infirmier.e ?

L’élément essentiel de la pratique avancée c’est l’expertise clinique qui est développée au travers de la première année dans un tronc commun. Cette expertise va donner des compétences à l’IPA à la fois sur un plan global puis après dans l’orientation vers les quatre différentes mentions dédiées (psychiatrie santé mentale, hémato-oncologie, néphrologie transplantation rénale ou pathologies chroniques stabilisées). Elle sera mise à profit dans un premier temps par le biais de consultations de suivi ou d’orientation, puis elle va servir aussi dans un raisonnement constitutionnel à l’accompagnement des équipes (les guider sur les prises en charge complexes par exemple). En somme, on attend de l’IPA qu’il puisse exercer un leadership, travailler en collaboration avec l’équipe médicale, prendre des décisions éthiques, faire de la recherche, pouvoir travailler avec les dernières recommandations et actualités pour pouvoir offrir aux patients les meilleurs soins possibles.

Pourquoi avez-vous créé le compte instagram @etudiant_ipa ?

L’idée d’instagram c’était de faire un journal personnel de mon vécu, de l’avancée de mon parcours. Dans les stories je poste des articles, de la vulgarisation médiatique sur la pratique avancée, car je me suis rendu compte que sur d’autres réseaux comme Facebook les organismes dédiés à la formation sont plus présents que sur instagram. C’est un nouveau métier qui est encore peu connu que ce soit auprès de la population et même auprès de certains professionnels et Instagram me permet de diffuser de l’information mais aussi de répondre à des interrogations sur la formation.

Pour suivre Jean-François, cliquez ici

Ces articles peuvent également vous intéresser