La fidélisation des équipes est un défi pour près de la moitié des établissements de santé

Publié le 22/06/2021 Clémence Nayrac

Article Hospimedia 

 

43% des établissements de santé placent la fidélisation des équipes comme l’un des principaux défis à relever en 2021. Il faut dire qu’un quart d’entre eux relatent des difficultés de recrutement. C’est ce que dévoile une enquête menée conjointement par Permuteo et Horizontal software et présenté le 17 juin lors d’un webinaire.

 

Face aux difficultés de recrutement, les établissements de santé misent sur la qualité de vie au travail et la fidélisation de leurs équipes via, par exemple, des dispositifs de micro-sieste. (Agathe Moret / Hospimedia)

 

Quelles sont les tendances 2021 des pratiques en matière de ressources humaines (RH) dans la santé ? C’était l’objet de l’enquête menée en partenariat par la solution de remplacement Permuteo* et Horizontal software et dévoilé lors d’un webinaire le 17 juin, dans le cadre de la semaine de la qualité de vie au travail (QVT). Cette dernière s’établit d’ailleurs comme l’une des priorités des établissements, associée à la fidélisation, au recrutement, et pour les établissements publics, à la mise en place de l’entretien professionnel. 71% des établissements interrogés ont ainsi répondu avoir déjà mis en place une démarche de QVT.

 

Méthodologie

L’enquête dévoilée ce 17 juin dans le cadre d’un webinaire a été menée en ligne entre février et avril 2021. Elle a été réalisée par questionnaire auprès de 150 directeurs des ressources humaines, directeurs de soins et directeurs d’établissements de santé.

Cette démarche répond à trois principaux enjeux : d’abord le bien-être du soignant, mais aussi l’amélioration de l’attractivité et l’augmentation de l’engagement des professionnels de santé au sein de leur établissement. « On voit fleurir dans beaucoup d’établissements et d’entreprises, des ateliers d’animation, massage, relaxation... », détaille Rémi Griffet, responsable activité de Permuteo. Par ailleurs, au sein de l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) notamment, le constat est fait d’une volonté des salariés d’améliorer l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle, une dimension qui s’est encore accrue dans le contexte de crise sanitaire. Quelles conséquences pour la gestion des ressources humaines ? Des sollicitations pour l’aménagement du cadre de travail et la nécessité d’accompagner le management de proximité par exemple. Attention toutefois à doser ses actions de QVT : « Il ne faut pas confondre action de QVT et communication. Les actions QVT doivent être durables, sinon elles peuvent vite être perçues comme telles« , souligne lors du webinaire Nicolas Delmas, directeur des ressources humaines au sein de l’hôpital Bichat de l’AP-HP.

L’enjeu de la fidélisation…

La qualité de vie au travail contribue à un autre enjeu majeur pour les établissements de santé : la fidélisation du personnel et plus largement la fidélisation « des compétences« . Un défi à relever pour 43% des établissements. L’étude dévoilée ce 17 juin relate aussi que 87% des établissements se sentent concernés par les problématiques d’absentéisme. 57% confient avoir des difficultés quant à l’organisation et à la planification. Il faut donc redoubler d’initiatives pour fidéliser. « Il est important d’associer ses équipes et de les impliquer dans la vie de l’établissement« , note Nicolas Delmas.

Sur ce point aussi, la crise sanitaire a eu ses effets. Au CH de Bourg-en-Bresse (Ain), les derniers mois ont été marqués par un important absentéisme, « qu’il s’agisse d’un absentéisme de courte ou de longue durée« , explique Frédéric Debise, le directeur des ressources humaines de l’établissement. Une réalité qui « déstabilise beaucoup nos organisations et qui est consommatrice de temps de gestion pour l’encadrement« , poursuit-il, évoquant entre autres la problématique des rappels du personnel sur le temps de repos. « Ces sujets pèsent dans le fonctionnement quotidien des établissements« , résume-t-il.

Zoom sur l’entretien professionnel

En application de la loi de transformation de la fonction publique, l’entretien annuel professionnel remplace la notation depuis le 1er janvier 2021. Une préoccupation pour 70% des répondants de l’enquête, logiquement des établissements publics. Parmi eux, 55% déclarent mettre en place de nouvelles actions avant l’été, 29% le feront dans le courant de l’année et 16% le feront après 2021, soit après la mise en œuvre de la loi.

… dans un contexte de difficultés de recrutement

« Fidéliser est d’autant plus important que recruter est extrêmement compliqué« , complète Rémi Griffet. C’est d’ailleurs la dernière grande problématique mise en lumière par cette enquête. Le recrutement est même le plus grand défi RH pour 24% des établissements interrogés et d’autant plus vrai pour les établissements de moins de 500 salariés, qui sont 55% à déclarer être concernés par ces difficultés. Par ailleurs, 13% des établissements de santé utilisent une solution de recrutement. Quid de la « marque employeur » ? Moins d’un tiers des établissements en ont mis une en place.

« L’AP-HP est aussi concernée par les difficultés de recrutement, sur les postes infirmiers particulièrement. Nous avons clairement un déficit d’attractivité lié au coût de la vie« , reconnaît Nicolas Delmas. Il estime que « longtemps, les hôpitaux parisiens se sont reposés sur leur réputation historique » mais les professionnels de santé ont aujourd’hui d’autres attentes, et notamment une meilleure qualité de vie. « Les hôpitaux ne se sont pas adaptés à la nouvelle donne. Il y a un travail à faire pour donner aussi une image un peu plus moderne« , suggère Nicolas Delmas.

Le territoire est différent mais les difficultés sont aussi réelles à Bourg-en-Bresse. Cette problématique concerne l’ensemble des métiers, y compris les administratifs. « Nous avons par exemple du mal à recruter un responsable de cellule des marchés publics, ou encore des systèmes d’information, dans un univers très concurrentiel. Et puis évidemment des difficultés sur les postes infirmiers et aides-soignants« , développe Frédéric Debise. Comment explique-t-il cette pénurie ? « Nous avons laissé paraître, y compris dans les médias, une image d’environnement difficile, certains acteurs se sont écartés du milieu hospitalier« , constate-t-il. D’où l’importance de fidéliser ses équipes — médicales ou non — et de leur apporter « un certain nombre de garanties » en matière de qualité de vie au travail.

* Permuteo appartient à Hospimedia Groupe. 

 

Tous droits réservés 2001/2021 — HOSPIMEDIA

 

Retrouvez le replay ainsi que l’infographie des résultats du baromètre des pratiques RH 2021 en cliquant ici !

Contactez-nous 03 20 16 38 68 Envoyer un email Découvrir nos solutions
Simplifiez la gestion de vos remplacements Découvrez Teamsquare